Voyages

Je découvre Boulogne sur Mer. Son port est le premier port de pêche de France. Ses habitants s’appellent les Boulonnais. Son  histoire est étroitement liée à l’Angleterre voisine... Elle est la capitale de la côte d’Opale. Son horizon bute sur les falaises blanches de l’Angleterre. La ville déploie son patrimoine témoin de 2000 ans d’histoire de la ville fortifiée au front de mer :
  • L'église Saint-Nicolas,
  •  la basilique Notre-Dame
  •  le château-Musée de Boulogne-sur-Mer
La Cité de la Mer vit au rythme des Traditions, et animations nées de son histoire. C’est un lieu à découvrir. [nggallery id=47]

Auteur: Patrick du Pas de Calais
Publié le: 21 Avr 2012

Voyages

Mon voyage à Cracovie, Auschwitz et Wroclaw via Prague est une invitation à découvrir ce ou ces pays. La Pologne moderne et dynamique, s’ouvrant avec volonté au monde, est attractive :

Par la richesse : de sa nature (plaines, vallons, montagnes, lacs, plages sablonneuses de la mer Baltique), de ses villes aux monuments historiques avec le passage de personnages célèbres (Frédéric Chopi, Copernic, Marie Curie, Ronan Polanski, Lech Walesa, Karol Wojtyla) et de ses traditions ancestrales.

Par sa culture tant matérielle que spirituelle.

Premier arrêt à Prague, inscrit au patrimoine mondial culturel et naturel de l’UNESCO. C’est la ville aux multiples ponts de grès, statues baroques, tours, dômes, palais, jardins, c’est la ville qui fait rêver, avec sa musique slave en fond sonore.

Il est bon de flâner sur la place Staré Mesto, entourée de maisons aux différents couleurs, de découvrir l’hôtel de ville de la vieille ville, l’Eglise de Notre Dame de Tyn (construite en 1380 avec ses hautes flèches de 80 m) la célèbre horloge astronomique (où toutes les heures, la statue de la mort agite son sablier et fait sonner une cloche, deux portes s’ouvrent et douze apôtre apparaissent, à la fin, un cop chante et le clochent sonnent l’heure) et à l’ouest une maison baroque (avec de remarquables fresques bibliques typique de la renaissance)

Pour s’imprégner de la cité baroque, on ne peut que traverser le pont Charles (long de 516 m, construit en 1357 sous Charles V. Il est jalonné de statues, dont une de Saint Jean de Népomucène qui avait un but de pèlerinage et aujourd’hui pour porter bonheur, on caresse le bas relief (en bronze))

Deux immenses tours (Tour Staré Mesto du XIVème et Tour Mala Strana du XVème siècle) s’élèvent à chaque extrémité du pont.

Dans le quartier HRADCANY, on accède  à la cour d’honneur de l’imposant château, qui veille depuis mille ans sur la ville, par la porte des géants. Véritable petite ville intérieure, (un des plus grands palais du monde) qui après moult aménagements est aujourd’hui le siège de la présidence. Dans la troisième cour, se dresse la splendide cathédrale gothique Saint Guy (datant de 1344, mesurant 124 m de long et 33 m de haut) avec de magnifiques vitraux, retables et le rutilant monument funéraire baroque de St Jean Népomucène en argent.

Cracovie, l’ancienne capitale de la Pologne, située au bord de la Vistule, a su garder son riche patrimoine avec ses innombrables Eglises, Palais, Musées et vieilles demeures.

On ne peut passer à côté de la vieille place médiévale (entourée de maisons néoclassiques, richement décorées, centre de toute une vie marchande). De ce lieu, on accède à la halle aux draps (ruelle fermée à chaque extrémité, regroupant multiples commerçants de souvenirs artisanaux : objet en bois, icônes, verrerie, bijoux en ambre, faïence, vêtements locaux…)

Tout à côté, se trouve l’Eglise Sainte Marie (rebâtie entre 12878 et 1320, de style gothique) et ses deux tours de taille différente, son retable gothique aux cinq volets de Veit Stoss. Un air de trompette est joué toutes les heures vers les points cardinaux.

Si un moment de fatigue se fait ressentir, il est possible de visiter la ville en calèche.

Le quartier Kazimierz conserve les témoignages de la culture juive (une synagogue abrite le musée judaïque et le cimetière juif du XVIème siècle)

Détour par Auschwitz Birkenau, ou se trouve le musée du souvenir des victimes de l’holocauste. (Plus de 1 500 000 détenus ont péri dans ce camp de concentration et d’extermination. A travers les différents blocs, les salles d’expositions, d’expériences médicales, les preuves du crime, nous est révélé la cruauté vécu par les humains.)

Nous partons à la découverte de la mine de sel de Wieliczka (en activité depuis le XIII).

Un trajet de 3.5 kms entraîne les visiteurs dans des galeries taillées dans le sel (à 327 m de profond et à 14°) dont la plus impressionnante est la Chapelle Sainte Cunégonde et ses lustres de cristaux de sel, ses sculptures uniques de sel gris. Sous terre, il existe un sanatorium (malades atteints d’allergie).

L’Eglise Saint Pierre et Saint Paul (style baroque, terminée en 1619) nous accueille pour un concert. Surmontée d’un dôme elliptique avec son pendule de Foucault attestant du mouvement rotatif de la terre, son chœur et son autel sont en marbre noir.

Sur les collines de Cracovie, se trouve le château et la cathédrale de Wawel.(Cathédrale dédiée à Saint Wackaw et Saint Stanislaw ou on peut admirer son sarcophage en argent. Par la suite elle est ornée de chapelles et de mausolées).

Le château (bâti au XI ème siècle) sert de résidence aux rois de Pologne (jusqu’au XVIIème siècle). Cinq espaces sont ouverts au visiteur où il peut découvrir la beauté des plafonds, tapisseries, bijoux, armureriesLa cour intérieure (style renaissance) à trois étages est magnigiquement ornée de peintures murales.

Dernier clin d’œil à Wroclaw, avec son immense place du marché (XIIIème siècle) entourée de maisons anciennes, colorées, sculptées et son hôtel de ville gothique, construit de 1327 à 1504. Il occupe une grande partie du centre de la place et son horloge ornée de signes égyptiens, évoquent les quatre saisons. Sur un piédestal  la sculpture d’un noble, avec son martinet,  indique que le peuple se réunissait ici pour la flagellation.

Ce voyage atteindra son objectif si l’envie de découvrir ces pays  vous anime.

  [nggallery id=23]

Auteur: Marie Claude de la Charente
Publié le: 10 Fév 2012

Voyages

Au cœur de la Corrèze blanche,  au nord de Brive, surplombant la vallée de la Corrèze, les habitants veillent depuis toujours sur leur patrimoine.  Le monastère de rite grec-melkite catholique est installé depuis de nombreuses années dans les bâtiments d’une ancienne ferme à Aubazine.  Fondé en 1965,  il sert de relais entre deux monastères, l’un à Nazareth en Israël et l’autre à Tazert au Maroc. En 1989, (demande des moniales de la Résurrection qui avaient fondé ce monastère), l’iconographe orthodoxe chilien Juan Echenique, peignit entièrement  la chapelle de fresques, dans la meilleure tradition byzantine. [nggallery id=25]

Auteur: Michèle et Jean
Publié le: 31 Jan 2012